Avertir le modérateur

19/12/2012

Hypnose et Thérapies Brèves, le Dr Claude VIROT interviewé par 20 Minutes

Dr Claude Virot, HypnoseA la tête de l'institut Emergences basé à Rennes, le docteur Claude Virot a été élu il y a quelques jours président de la Société internationale d'hypnose. Une consécration pour ce psychiatre rennais, qui n'était pourtant « pas candidat au poste. »

Fort de ce titre, Claude Virot, 55 ans, va désormais s'attacher à défendre les intérêts d'une profession souvent méconnue et qui peut susciter de la méfiance chez certains. « Dans le cadre de l'hypnose médicale, il s'agit d'une pratiques de soins avec un cadre règlementaire très strict. Nous ne formons que du personnel médical », prévient-t-il.

« Moins d'effets secondaires »


La pratique tend d'ailleurs à se développer au sein des établissements de santé, comme au CHP Saint-Grégoire, où certaines anesthésies sont pratiquées sous hypnose. « Cela permet d'éviter les effets secondaires liés à l'anesthésie, comme des pertes de mémoire dans certains cas.

C'est également prouvé que le patient récupère plus vite sous hypnose », précise le docteur. Dans son cabinet, Claude Virot soigne également des patients atteints de troubles psychologiques ou émotionnels. « Dans le cas de dépression ou de problème de stress, l'hypnose permet de réouvrir le champ des ressources physiques et mentales du patient », explique le psychiatre.

Durant son mandat, Claude Virot essaiera également de redorer l'image de la France « qui a été et va redevenir, je l'espère, la nation mondiale la plus importante dans le domaine de l'hypnose. »

En savoir plus sur le Dr Claude Virot sur hypnose-ericksonienne.org

Formations Institut Emergences à Rennes

 

Dernier ouvrage du Dr Claude Virot:

Hypnose, douleurs aiguës et anesthésie

Soigner le mieux possible a toujours été le but des professionnels de santé. Les générations précédentes se sont concentrées sur les innovations matérielles. Aujourd'hui, le corps médical sait que la réussite d'un soin dépend aussi de la dimension mentale du patient. En prenant en compte cette dimension, les bénéfices thérapeutiques de l'hypnose sont immédiats et la technique répond complètement à cet engagement des soignants.

Les patients, quant à eux, attendent de recevoir des soins dans les meilleures conditions. Or, l'hypnose leur offre une alternative à l'anesthésie générale avec des indications aujourd'hui bien connues. Cette alternative peut être encore plus importante pour des soins répétitifs ou pour des patients en grave difficulté. Plus encore, l'attente des patients est aussi d'être impliqués dans le parcours thérapeutique : l'hypnose leur permet précisément d'activer et d'utiliser leurs ressources disponibles et d'être capables de s'occuper d'eux-mêmes dans ces circonstances difficiles. L'impact moral est considérable.

L'apprentissage de l'hypnose et des modèles de communication thérapeutique donne à chaque thérapeute de nouvelles compétences. Elles s'appuient sur des recherches développées depuis les années 50 qui affirment que l'interaction praticien/patient et la prise en compte des ressources du patient sont des alliées précieuses pour chaque acte thérapeutique.

Franck Bernard est anesthésiste-réanimateur, formateur au sein de l'Institut Émergences, membre de l'Institut Mitton Erickson de Rennes, membre de l'International society of hypnosis.

Claude Virot est psychiatre, directeur de l'Institut Émergences de Rennes (www.emergences-rennes.com), fondateur de l'Institut Mitton Enckson de Rennes, membre du bureau de l'European society of hypnosis, membre du bureau de l'International society of hypnosis.

 

Introduction de Claude Virot


Si l'hypnose existe sous différentes formes depuis plus de deux siècles et si elle a été largement utilisée à d'autres époques pour aider les patients dans les situations chirurgicales, son utilisation actuelle s'est développée de manière tout à fait originale depuis une douzaine d'années.

À la fin des années 90, Marie-Élisabeth Faymonville, professeur au CHU de Liège, est convaincue de la capacité de l'hypnose à amplifier les ressources d'anxiolyse et d'analgésie chez ses patients. Elle développe une pratique qu'elle appelle hypno-sédation avec des résultats remarquables. Parallèlement, elle mène des recherches prouvant l'existence d'un fonctionnement cérébral spécifique au processus hypnotique.

Dès 1999, Alain Thomas, médecin anesthésiste à Rennes, en perçoit toute l'importance et me sollicite pour croiser les connaissances des spécialistes de l'anesthésie avec celles des spécialistes de l'esprit. Le premier congrès international d'hypnose et anesthésie en 2000, première mondiale, montre toute la pertinence de cette collaboration et l'attente très forte d'une adaptation des pratiques. Le deuxième congrès de 2001 est une confirmation et appelle la création d'un enseignement spécifique à l'hypnose dans le monde de la douleur aiguë et de l'anesthésie : une formation unique voit le jour à Rennes.

A Rennes encore, Franck Bernard, médecin anesthésiste formé depuis 1996 à l'hypnose, utilise déjà ces techniques dans son établissement. Il rejoint l'équipe enseignante de Emergences et participe très largement à l'élaboration de la formation telle qu'elle existe aujourd'hui.

Malgré la disparition de Alain Thomas en 2005, le processus se poursuit dans le sens qu'il avait impulsé et imaginé.

19:44 Publié dans Hypnose Ericksonienne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dr claude virot, hypnose, stress | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu