Avertir le modérateur

19/12/2012

Hypnose et Thérapies Brèves, le Dr Claude VIROT interviewé par 20 Minutes

Dr Claude Virot, HypnoseA la tête de l'institut Emergences basé à Rennes, le docteur Claude Virot a été élu il y a quelques jours président de la Société internationale d'hypnose. Une consécration pour ce psychiatre rennais, qui n'était pourtant « pas candidat au poste. »

Fort de ce titre, Claude Virot, 55 ans, va désormais s'attacher à défendre les intérêts d'une profession souvent méconnue et qui peut susciter de la méfiance chez certains. « Dans le cadre de l'hypnose médicale, il s'agit d'une pratiques de soins avec un cadre règlementaire très strict. Nous ne formons que du personnel médical », prévient-t-il.

« Moins d'effets secondaires »


La pratique tend d'ailleurs à se développer au sein des établissements de santé, comme au CHP Saint-Grégoire, où certaines anesthésies sont pratiquées sous hypnose. « Cela permet d'éviter les effets secondaires liés à l'anesthésie, comme des pertes de mémoire dans certains cas.

C'est également prouvé que le patient récupère plus vite sous hypnose », précise le docteur. Dans son cabinet, Claude Virot soigne également des patients atteints de troubles psychologiques ou émotionnels. « Dans le cas de dépression ou de problème de stress, l'hypnose permet de réouvrir le champ des ressources physiques et mentales du patient », explique le psychiatre.

Durant son mandat, Claude Virot essaiera également de redorer l'image de la France « qui a été et va redevenir, je l'espère, la nation mondiale la plus importante dans le domaine de l'hypnose. »

En savoir plus sur le Dr Claude Virot sur hypnose-ericksonienne.org

Formations Institut Emergences à Rennes

 

Dernier ouvrage du Dr Claude Virot:

Hypnose, douleurs aiguës et anesthésie

Soigner le mieux possible a toujours été le but des professionnels de santé. Les générations précédentes se sont concentrées sur les innovations matérielles. Aujourd'hui, le corps médical sait que la réussite d'un soin dépend aussi de la dimension mentale du patient. En prenant en compte cette dimension, les bénéfices thérapeutiques de l'hypnose sont immédiats et la technique répond complètement à cet engagement des soignants.

Les patients, quant à eux, attendent de recevoir des soins dans les meilleures conditions. Or, l'hypnose leur offre une alternative à l'anesthésie générale avec des indications aujourd'hui bien connues. Cette alternative peut être encore plus importante pour des soins répétitifs ou pour des patients en grave difficulté. Plus encore, l'attente des patients est aussi d'être impliqués dans le parcours thérapeutique : l'hypnose leur permet précisément d'activer et d'utiliser leurs ressources disponibles et d'être capables de s'occuper d'eux-mêmes dans ces circonstances difficiles. L'impact moral est considérable.

L'apprentissage de l'hypnose et des modèles de communication thérapeutique donne à chaque thérapeute de nouvelles compétences. Elles s'appuient sur des recherches développées depuis les années 50 qui affirment que l'interaction praticien/patient et la prise en compte des ressources du patient sont des alliées précieuses pour chaque acte thérapeutique.

Franck Bernard est anesthésiste-réanimateur, formateur au sein de l'Institut Émergences, membre de l'Institut Mitton Erickson de Rennes, membre de l'International society of hypnosis.

Claude Virot est psychiatre, directeur de l'Institut Émergences de Rennes (www.emergences-rennes.com), fondateur de l'Institut Mitton Enckson de Rennes, membre du bureau de l'European society of hypnosis, membre du bureau de l'International society of hypnosis.

 

Introduction de Claude Virot


Si l'hypnose existe sous différentes formes depuis plus de deux siècles et si elle a été largement utilisée à d'autres époques pour aider les patients dans les situations chirurgicales, son utilisation actuelle s'est développée de manière tout à fait originale depuis une douzaine d'années.

À la fin des années 90, Marie-Élisabeth Faymonville, professeur au CHU de Liège, est convaincue de la capacité de l'hypnose à amplifier les ressources d'anxiolyse et d'analgésie chez ses patients. Elle développe une pratique qu'elle appelle hypno-sédation avec des résultats remarquables. Parallèlement, elle mène des recherches prouvant l'existence d'un fonctionnement cérébral spécifique au processus hypnotique.

Dès 1999, Alain Thomas, médecin anesthésiste à Rennes, en perçoit toute l'importance et me sollicite pour croiser les connaissances des spécialistes de l'anesthésie avec celles des spécialistes de l'esprit. Le premier congrès international d'hypnose et anesthésie en 2000, première mondiale, montre toute la pertinence de cette collaboration et l'attente très forte d'une adaptation des pratiques. Le deuxième congrès de 2001 est une confirmation et appelle la création d'un enseignement spécifique à l'hypnose dans le monde de la douleur aiguë et de l'anesthésie : une formation unique voit le jour à Rennes.

A Rennes encore, Franck Bernard, médecin anesthésiste formé depuis 1996 à l'hypnose, utilise déjà ces techniques dans son établissement. Il rejoint l'équipe enseignante de Emergences et participe très largement à l'élaboration de la formation telle qu'elle existe aujourd'hui.

Malgré la disparition de Alain Thomas en 2005, le processus se poursuit dans le sens qu'il avait impulsé et imaginé.

19:44 Publié dans Hypnose Ericksonienne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dr claude virot, hypnose, stress | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Hypnose & Thérapies Brèves La Revue N°4 Février, Mars, Avril 2007

 

Revue-Hypnose-Therapies-Breves-4.jpgEditorial : La déclaration. Dr Patrick Bellet

 

Hypnose: S’il est une parole ou plus exactement une forme de parole qui implique un engagement, et les élections à venir nous en donneront des occasions, c’est bien la déclaration.

 

 

 

Articles :

 

Utilisation des tâches en psychothérapie éricksonienne. Art et Méthodes. Jeffrey K. Zeig

 

La première considération en psychothérapie devrait être de déterminer les résultats et les buts désirés. Les buts des patients et ceux des thérapeutes coïncident souvent, mais quelquefois non. Le patient peut ne pas savoir spécifiquement ce qu’il faut faire, le thérapeute peut vouloir travailler sur un niveau d’expérience autre que celui que le patient envisage. Enfin, le clinicien doit penser : « Qu’est-ce que je veux communiquer au patient qui permettra le changement ? » Les buts du thérapeute dépendent de la réponse à cette question impérative.

 

Hypnose profonde et thérapie brève. Non, Erickson n’était pas un éricksonien moderne ! Dr Dominique Megglé

L’utilité thérapeutique de l’hypnose profonde (HP) semble négligée dans le monde actuel des thérapies brèves. La littérature scientifique a beaucoup développé les thèmes de « l’hypnothérapie sans transe formelle », de « transe conversationnelle », « d’accompagnement », « d’hypnose sans hypnose » et, surtout, de communication hypnotique

 

Lire la suite sur hypnose.tm.fr

18/12/2012

Revue Hypnose et Thérapies Brèves n°3 - 2006 - 2007

 

 

hypnose ericksonienneHypnose & Thérapies Brèves: la Revue n°3 Novembre Décembre 2006 / Janvier 2007

 

Editorial : Attention, purin d’orties ! Dr Patrick Bellet

 

Drôle d’accroche sans doute, mais une sorte d’urticaire mental me démange. Attention. Que veut-il dire avec ce mot ? Prendre garde ? Ou bien être attentif ? Et alors quelle différence ? La seule qui conduit largement le monde : la peur ! Et le meilleur moyen de lutte qui ait été trouvé, combinant économie de moyens mis en jeu et minimes dégâts collatéraux, est le fameux principe de précaution. Principe au nom duquel nul ne peut s’opposer, sous peine de passer pour un irresponsable voire un complice des fauteurs de troubles. Un exemple parmi d’autres : la nourriture.

 

 

 

Articles :

 

La vérité Hypnotique. Histoire de ses avatars. Thierry Melchior

 

« Hypnose » et « vérité » : quand on associe ces deux mots, une des premières idées susceptibles de venir à l’esprit, c’est que l’hypnose est un moyen d’aider les patients à retrouver les vraies causes, l’origine véritable mais « refoulée », « clivée », « déniée », « désavouée » ou « dissociée » des symptômes psychologiques ou psychosomatiques dont ils souffrent.

 

 

 

La douleur dans l’entonnoir ne coulera plus dans le tonneau des Danaïdes. Dr Eric Bardot

 

Le contenu de cet article a servi, dans le cadre des Transversales de Vaison-la-Romaine 2006, de canevas à l’animation d’un atelier qui avait pour finalité de présenter un métamodèle de traitement dans les thérapies de la douleur et de la détresse. Ce métamodèle a été conçu à partir de mon expérience professionnelle en collaboration étroite avec mes collègues nantais de l’Arepta.

 

 

 

Faut-il se méfier du mois de février ? Milton H. Erickson et l’éthique. Dr Jean-Claude Espinosa

 

« L’homme de février » est l’étude d’un cas par Milton H. Erickson, en 1945, qui illustre l’utilisation de la régression en âge dans le traitement d’une jeune femme dépressive. Celle-ci souffrait également d’une phobie de l’eau provenant du souvenir traumatique refoulé d’avoir été responsable de la noyade de sa sœur, noyade qui n’a pas eu lieu.

 

 

 

L’hypnose chez l’enfant. Le jeu du « comme si ». Dr Chantal Wood, Antoine Bioy

 

L’hypnose est un outil fabuleux lorsqu’on travaille avec les enfants. En effet, l’enfant est déjà dans un monde imaginaire et va pouvoir adhérer d’autant plus facilement à ces techniques et apprendre à faire face à sa douleur ou ses problèmes. Dans notre hôpital, l’hypnose est largement utilisée par un bon nombre des soignants :

 

 

 

La fibromyalgie comme une métaphore. Une prison, une cage… réelle ou virtuelle ? Géraldine Franzetti, Etienne Lajous

 

La fibromyalgie rencontre de plus en plus d’intérêt dans les milieux scientifiques, et le dernier Congrès mondial de la douleur s’en est fait l’écho à Sydney, en août 2005. Il ressort de ces études que 600 000 Français, 2 % de la population occidentale et jusqu’à 4,9 % des femmes seraient atteints par cette affection. Bien que reconnue par l’OMS, certains pensent que ce syndrome n’existe pas. L’un de nos confrères écrivait récemment dans une revue professionnelle (Revue pratique Médecine générale 2005 ; 19,692) : « Allons-nous longtemps cautionner des diagnostics douteux ou à la limite de l’escroquerie pure ?… » http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therap...

 

 

 

Rubriques :
Les grands praticiens : Ernest Rossi, un « horloger » hors du commun. Dr Claude Virot

 

Nous sommes en 1977. Ernest Rossi a 44 ans, Milton Erickson 76 ans. Ils travaillent ensemble depuis trois ans et Rossi est toujours très étonné de la durée inhabituellement longue (90 à 120 minutes) des séances d’Erickson. Un jour, Rossi lit un article récent de chronobiologistes décrivant un rythme ultradien psychologique fait de cycles de 90 à 120 minutes tout au long des 24 heures d’une journée. Erickson n’en avait jamais entendu parler et découvre lui aussi ces données. Le premier lien entre les méthodes d’Erickson et les recherches scientifiques actuelles sur les rythmes cérébraux s’établit à cet instant.

 

 

Lire la suite sur hypnose.tm.fr

 

Hypnose et Thérapies Brèves, la Revue, les Abstracts du n°2

 

hypnose, thérapies brèvesHypnose & Thérapies Brèves: la Revue n°2

Editorial : Evidences et paradoxes. Quoique ! Dr Patrick Bellet

Un aspect méconnu de l’hypnose est sa qualité « transdisciplinaire ». Ce terme à la mode traduit le plus souvent une juxtaposition des compétences plus qu’un véritable échange. Or, il est remarquable d’observer, dans les lieux où la pratique de notre discipline s’exerce, un rare brassage, et j’irai jusqu’à dire métissage professionnel des participants. La tendance actuelle est, quoi qu’en disent les instances qui nous encadrent, à la spécialisation et au découpage millimétré de nos pratiques.

 

Articles :

Maîtriser le lâcher prise. Un titre paradoxale pour une démarche paradoxale. Irène Bouaziz

Maîtriser le lâcher-prise : un titre paradoxal pour une démarche paradoxale, n’est-ce pas le moins que l’on puisse faire ? Depuis plus de deux mille ans, le paradoxe fascine les hommes parce qu’il défie leur croyance en un univers cohérent. Selon la jolie expression de Paul Watzlawick : « Le paradoxe constitue le talon d’Achille de notre image logique, analytique et rationnelle du monde. »
http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therap...

 

Hypnosédation : une nouvelle technique anesthésique. Les questions que posent les patients à leur médecin. Marie-Elisabeth Faymonville.

Le magnétisme, l’hypnotisme, l’hypnose, quel que soit le nom qu’on lui donne, est utilisé depuis des siècles pour soulager l’homme. Le pouvoir analgésique de l’hypnose a permis son utilisation en chirurgie avant le développement de l’anesthésie chimique en 1846.

 

Voyage au fil de l’eau. Hypnose et fibroscopie bronchique. Michel Nasr

La fibroscopie bronchique est un examen peu invasif mais intrusif. Il n’est pas douloureux mais menaçant. Après avoir endormi le nez et le fond de la gorge par un anesthésique local, glisser un tube optique souple par le nez, passer entre les cordes vocales, puis explorer l’ensemble de l’arbre bronchique et réaliser des prélèvements est souvent vécu psychiquement comme traumatisant. Cet examen anxiogène renvoie à la peur d’étouffer, la peur de la douleur et augmente l’appréhension de tousser chez des patients qui ont déjà ces symptômes avant cet examen. Paradoxalement, ce n’est pas la peur du diagnostic qui est au premier plan, mais plutôt l’anticipation de l’étouffement donc une véritable menace de mort. Comme face à toute situation anxiogène, il s’agira dans le travail hypnotique de ramener le patient ici et maintenant dans le temps présent avant d’envisager le geste endoscopique.

 

Hypnose en pédiatrie hospitalière. La sensibilité comme remède. Marie-Anne Leriche, Maryline Mariotti

Les prises en charge sont diverses, allant de l’intervention ponctuelle en urgence lors des gestes invasifs, au suivi en consultation externe pour des enfants douloureux chroniques, en passant par l’accompagnement des enfants en pré et post- opératoire, et également la prise en charge groupale d’enfants migraineux avec l’apprentissage de l’autohypnose.

 

Franchir l’abîme avec l’hypnose comme passerelle. Un outil thérapeutique et non une thérapie. Serge Melloul

Quand une personne confrontée à une maladie somatique sévère vient me demander de l’aider par des séances d’hypnose, je lui explique, d’abord, que l’hypnose est un outil thérapeutique et non une thérapie. « Le moteur du changement est avant tout en vous », tel est l’un des messages forts adressé, d’emblée, à la personne bloquée dans une situation souvent inextricable qui lui paraît sans issue.

 

Apprenez à devenir modeste avec vos patients ! Négociation d’objectifs avec les patients souffrant de douleurs chroniques. Alain Vallée

Pourquoi négocier un objectif ? Il paraît évident à beaucoup que ce que le patient veut, c’est avoir moins mal, qu’il est bien connu que l’hypnose est efficace dans la douleur et que, de ce fait, il n’y a pas lieu de se poser la question. S’il est vrai que les techniques hypnotiques sont très efficaces dans la douleur aiguë, l’expérience montre que les choses ne sont pas si évidentes dans le monde de la douleur chronique.

 

Rubriques : Les grands praticiens : Milton H. Erickson, l’autohypnose dans les moments critiques de la vie. Ernest Rossi

L’UN DES PRINCIPAUX ÉLÈVES D’ERICKSON, ERNEST ROSSI, NOUS OFFRE LÀ UN ENTRETIEN OÙ LES QUALITÉS DU « MAÎTRE DE PHOENIX » SE RÉVÈLENT DÉJÀ PRÉSENTES EN GERME DANS SA JEUNESSE. ERICKSON, À QUI NOUS DEVONS LE RENOUVELLEMENT DES TECHNIQUES D’HYPNOSE, NOUS DONNE DANS CES PAGES UNE LEÇON DE SIMPLICITÉ, UNE LEÇON DE COURAGE ET DE PERSÉVÉRANCE. A PARTIR D’UNE SITUATION DRAMATIQUE, ICI ET MAINTENANT, IL ENTRE EN LUI- MÊME POUR VIVRE PLEINEMENT LA VIE QU’ON LUI ACCORDE, VOIRE QUE LES MÉDECINS LUI CONCÈDENT. CETTE OBSERVATION PRÉCOCE, FINE, INTENSE ET VIVANTE, À MILLE LIEUES DE LA RÉSIGNATION, CONFÈRE À SON TÉMOIGNAGE UNE FORCE QUI GARDE TOUTE SON EXEMPLAIRE ACTUALITÉ.
http://www.hypnose-ericksonienne.org/Revue-HYPNOSE-Therap...

 

lire la suite sur hypnose.tm.fr

07/12/2012

Hypnose et Thérapies Brèves, la Revue, les Abstracts du n°1

hypnose, therapieEditorial du Dr Patrick Bellet: De la psychologie des profondeurs à la psychologie des espaces…

Hypnose: Mais tout d’abord, qu’est-ce qu’une thérapie brève ? Cette dénomination vient des Etats-Unis qui ont le sens du raccourci et, maladroitement, s’oppose aux thérapies dites au long cours comme la psychanalyse. Traduction approximative qui se trouve, malgré tout, consacrée par l’usage. Ces nouvelles perspectives thérapeutiques apparaissent outre-Atlantique à partir des années 1940 et prennent leur essor dans les décennies suivantes, mais leurs sources se trouvent dans les approches humanistes européennes et orientales des siècles précédents.

En commun, elles sont capables de considérer qu’à une question unique correspondent plusieurs réponses justes simultanément. La densité des réponses contribuent, par la transmission d’un savoir, à leur intérêt. Familières du paradoxe, elles le manient volontiers et nous font passer de la psychologie des profondeurs à la psychologie des espaces.

 

Articles : Histoire des thérapies brèves. Ceux par qui le scandale est arrivé. Dr Dominique Megglé.

A sa naissance et dans ses développements au long du XIXe siècle, il était impensable qu’une psychothérapie durât longtemps. La psychothérapie, héritage des magnétiseurs français, était conçue comme un « coup de main » ponctuel pour aider la personne à passer un cap difficile de sa vie.
Les symptômes témoignaient de la difficulté de ce passage. Aucun praticien ne se souciait d’une « compréhension en profondeur » de l’origine des troubles, et tous pensaient que si le patient parvenait à se débarrasser d’un symptôme, c’est qu’il avait, nécessairement, réaménagé ses profondeurs. Ce qu’il avait réaménagé, comment il l’avait fait, était considéré comme trop compliqué pour être saisi et sans intérêt pour le soulager. Lire la Suite http://hypnose.tm.fr/hypnose-therapies-breves-n1-2006/

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu